Publié le 11 mai 2020 Mis à jour le 4 juillet 2020

Géographe, Ninon Blond a soutenu en décembre 2019 sa thèse portant sur les évolutions des paysages et des environnements dans le nord de l’Éthiopie durant les 8 500 dernières années. Cette année, elle est ATER (attachée temporaire d’enseignement et de recherche) et chercheure associée au laboratoire Archéorient (UMR 5133 du CNRS). Sur le terrain, en Éthiopie, quand le confinement a débuté (lire sur le carnet de recherche ses tribulations de la mission pour revenir en France), elle a pu rentrer se confiner à Lyon et partage son expérience côté enseignement et côté recherche.

J’interviens dans la licence de géographie et aménagement de l’UFR Temps et Territoires. Au deuxième semestre, j’ai donné une grande partie de mes enseignements dans ce qu’on appelle généralement les Méthodes et Outils de la géographie : statistiques, SIG, méthodes d’enquêtes et commentaire de documents en géographie.
Au retour d'Éthiopie, la transition a été très brutale, puisqu’il a fallu passer des grands espaces du plateau du Tigray à mon appartement, en ville, sans sortie. Et surtout, il a fallu trouver des solutions pour continuer à enseigner et garder un lien avec les étudiant.es et les collègues. Les réunions de département à distance, chacun.e dans son bureau, ont un certain charme mais les outils de communication ne sont pas toujours très efficaces et ça ne facilite pas les échanges. Le plus gros défi, ça a été pour les cours. En particulier, le cours de commentaire de documents géographiques, dont le but est de faire travailler les étudiant.es sur des photographies aériennes qui sont à la cartothèque, ou de leur faire réaliser des croquis de paysage (voir ci-dessous). Pas idéal quand on est enfermé.e chez soi ! J’ai adapté en essayant de prendre en compte les situations des étudiant.e.s, par exemple en proposant un croquis de paysage de confinement. Je dois dire que j’ai été épatée par les réalisations des étudiant.es, malgré la situation.

Finalement, c’est sur le plan humain que cet enseignement à distance me semble le plus difficile : on ne peut pas remplacer l’interaction qu’on a avec les étudiant.es par des présentations ou des évaluations en ligne. Quand on enseigne, on construit des relations avec les étudiant.es et il est très difficile de les maintenir par courriel. Ce n’est pas toujours facile d’envoyer du travail, des devoirs, en ne sachant pas si les étudiant.es vont bien ou sont dans de bonnes conditions pour travailler.

Bureau de confinée
Bureau de confinée
Mon bureau de confinée
Paysage de confinement
Paysage de confinement
Mon paysage de confinement : un peu de verdure et le chant des oiseaux
Sur le plan de la recherche, le confinement a eu plusieurs effets. D’abord, la charge de travail pour l’enseignement a beaucoup augmenté, ce qui s’est fait au détriment de la recherche. À court terme, l’impact concerne aussi les travaux de laboratoire que j’avais prévu de réaliser au retour de terrain. Tant que la plate-forme d’analyses OMEAA est fermée, je ne peux pas avancer sur cet aspect de mon travail. De la même façon, à plus long terme, le virus compromet les missions de terrain à l’automne et il est difficile de savoir quand il sera de nouveau possible de se rendre à l’étranger pour y travailler. En revanche, j’ai pu mettre à profit la situation pour développer mon projet de recherches post-doctorales – en attendant le retour à des conditions plus propices.

 
Paysage de confinement

Découvrez les croquis de leur paysage de confinement, réalisés les étudiant.es de L2 Géographie et aménagement, dans le cadre du cours Commentaire de documents (C2D ).

Le Bourg-d'Oisans par Elora

Le Bourg-d'Oisans par Elora
Le Bourg-d'Oisans par Elora

Le Bourg-d'Oisans par Elora (légende)
Le Bourg-d'Oisans par Elora (légende)

La Chartreuse par Zoé

La Chartreuse par Zoé
La Chartreuse par Zoé

Lyon 3e, non loin de la place Bir Hakeim, par Paloma

Lyon 3e, non loin de la place Bir Hakeim, par Paloma
Lyon 3e, non loin de la place Bir Hakeim, par Paloma

Lyon 7e par Madalena

Lyon 7e par Madalena
Lyon 7e par Madalena

Manosque par Mathilde

Manosque par Mathilde
Manosque par Mathilde

Saint Cyr sur Menthon par Benjamin

Saint Cyr sur Menthon par Benjamin
Saint Cyr sur Menthon par Benjamin

Saint Cyr sur Menthon par Benjamin (légende)
Saint Cyr sur Menthon par Benjamin (légende)

Sofia - quartier Damenitza par Albena

Sofia - quartier Damenitza par Albena
Sofia - quartier Damenitza par Albena

Sofia - quartier Damenitza par Albena (légende)
Sofia - quartier Damenitza par Albena (légende)


 

Conseils de lectures
Dernier livre lu

A Game of Thrones : A song of Ice and Fire Book 1, de G.R.R. Martin. Avec le confinement, j’ai eu le temps de terminer le premier volume de la saga « Game of Thrones », en VO. Idéal si on a du temps et qu’on aime lire en anglais.

Un livre qui colle avec la période

Chagrin d’école, de D. Pennac. Chez Pennac, j’adore la saga Malaussène. Mais ce livre-là me semble parfait pour la période que nous vivons, en tant qu’enseignant.e et enseignant.e-chercheur.e. Pennac y dit les plaisirs de l’enseignement et l’attachement aux élèves – en présentiel ! – dans toute leur diversité, des « cancres » aux « élèves friandises ».

Un livre pour les confiné.es en ville

Regain, de J. Giono. Un de mes livres préférés. Pour compenser le manque de nature et évoquer la beauté du printemps qui revient.