Publié le 6 janvier 2021 Mis à jour le 18 janvier 2021
le 6 janvier 2021

Rencontre avec Mathilde Extrat, Nina Maaden et Marine Pierret, étudiantes sportives de haut niveau, licenciées à l'Olympique lyonnais (OL), joueuses dans l'équipe de Régional 1.

Mathilde Extrat
Mathilde Extrat - 23 ans
en M2 recherche mondes médiévaux 
Nina Maaden
Nina Maaden - 23 ans
en L3 de psychologie
Marine Pierret
Marine Pierret - 19 ans
en L2 de psychologie
Études & sport

Toutes les 3 licenciées à l'OL, elles ne sont pas pour autant des joueuses professionnelles, leur équipe évoluant en régional 1 (R1). Bien qu'il s'agisse d'un niveau amateur, les attentes et les exigences de leur club sont fortes. La rigueur et l'exigence de performance restent élevées. Marine, Mathilde et Nina sont ainsi très investies dans leur pratique sportive, mais aussi dans leurs études, ce que permet le statut de sportives de haut niveau (SHN).
Juste avant les vacances de décembre, elles ont accepté de répondre à quelques questions pour partager un peu leur quotidien.

Comment réussir à concilier les études et le sport ?

Mathilde : Cela demande de l’organisation et beaucoup de volonté pour réussir à allier ma pratique du sport et mes recherches sur le site du château de Crussol (à Valence). Mais la passion pour le football et mon sujet d’étude me pousse à continuer et à ne rien lâcher. Et pour une personne aussi tête-en-l’air que moi, tout cela tient du miracle ! En plus de mon petit boulot et de ma vie étudiante, les semaines sont bien remplies. Mais grâce au soutien de ma famille dans mon choix d’étude et de vie, et celui de mes ami.es qui supportent ma folie et mon humour grandiose et flamboyant , même dans les moments les plus difficiles abandonner n’est pas une option. 

Nina : Grâce à notre statut de sportives de haut-niveau, aucun cours n’empiète sur notre pratique sportive. Il nous permet de concilier plus aisément notre vie universitaire avec notre pratique sportive, ce qui n'est pas toujours évident, surtout cette année qui d’un point de vue personnel est plutôt chargée : pratique sportive + vie universitaire, dont 1 stage qui me prend déjà une journée et demi par semaine + je compte aussi trouver un job... Je me débrouille quand même pour toujours me laisser des temps pour voir mes amies (hors-confinement bien sûr).

Marine : Ce n’est pas toujours facile, car notre emploi du temps est chargé. Mais bénéficier du statut SHN est vraiment un plus pour tout combiner, surtout que je travaille aussi à côté, je suis serveuse dans un restaurant... Et j’aime bien aussi sortir et voir mes amies.

À quoi ressemble une semaine type (côté sport) ?
Lundi Musculation en salle en club
Mardi Entrainement en club
Mercredi Entrainement en club
Jeudi Match avec l'Université (en général)
Vendredi Entrainement en club
Samedi Repos
Dimanche Match avec le club
Sans les matchs, elles atteignent environ 8-10h de sport par semaine.
Quel est votre projet professionnel ?

Mathilde : Il reste encore un peu flou pour moi, surtout dans le contexte actuel. J’hésite entre continuer mes recherches dans le cadre d’une thèse ou me lancer directement dans le monde du travail en passant les concours pour les fonctions en lien avec la médiation culturelle et du patrimoine. 

Marine & Nina : toutes les 2, nous aimerions beaucoup pourvoir devenir psychologue. Mais pour cela, il nous faut d'abord valider notre licence (cette année pour Nina, la suivante pour Marine), puis passer par la redoutable sélection de Master en psychologie…

Quel est votre parcours sportif ?

Mathilde : Je pratique le foot depuis toute petite... mais vers mes treize ans, je ne sais pas trop comment, je me suis retrouvée dans les cages (plus besoins de courir !). Apparemment j’étais meilleure avec mes mains qu’avec mes pieds !  À mes début, j'ai joué avec des garçons dans le football club de Feyzin, puis dans les équipes féminines de Genas et du FC Lyon. Au lycée, tout comme Nina, j'ai intégré le sport-étude de la cité scolaire de Briffaut à Valence. Pendant ces trois années, j'ai joué pour le club de Valence dans l’équipe réserve de leur D2. Je me rends compte aujourd’hui de la chance que j’ai eue d'avoir opté pour cette formule qui a rendu mes années de lycée inoubliables entre le foot, les ami.es et l’internat.
À mon entrée à l’université, à Lyon 2, j’ai continué ma pratique du foot dans mon ancien club de Genas avec Nina, tout en rejoignant l’équipe universitaire féminine. Je joue depuis cette année avec le club de l’Olympique Lyonnais, ce qui m'a permis d'accéder au statut de SHN. 

Nina : Cela fait 10 ans que je joue au football avec et contre des filles uniquement, mais quand j’ai commencé en club à l’âge de 8 ans (il y’a donc 15 ans), j'ai joué avec des garçons au club de Manissieux (Saint-Priest) pendant 5 années. Après avoir pratiqué dans différents clubs de la région lyonnaise (Genas et Caluire), j’évolue au plus haut niveau régional depuis bientôt 10 ans maintenant (d’abord dans les catégories jeunes « U18 » puis en séniors). J’ai également eu la chance de pouvoir faire un sport-études au lycée, à la cité scolaire Briffaut à Valence. C’est d’ailleurs à ce moment-là que j’ai rencontré Mathilde : on nous avait mises dans la même chambre et depuis on est toujours restées amies ! Nous nous entrainions tous les jours, grâce à l’aménagement horaires dont nous disposions pour concilier études/entrainements.
Cette année est ma deuxième à l’OL, et c’est donc la deuxième année que je dispose du statut SHN qui m’aide beaucoup dans mon cursus universitaire (avec ma pratique sportive).

Marine : Je joue au football depuis 15 ans, ayant commencé à l’âge de 5 ans avec des garçons au RC Muret
(étant originaire de Toulouse) où j’y ai joué pendant 5 saisons. Depuis mes 10 ans je joue avec des filles. J’ai également était en sport-étude au collège en 4e et 3e à Castelnaudary au collège des Fontanilles.
J’ai évolué dans différents clubs de la région toulousaine : RC Muret, AS Muret, AS Longages et l’Association sportive Portet Carrefour Récébédou (ASPCR). J’ai eu la chance d’être surclassée en seniors avec le club de l’ASPCR pour évoluer en R1 où nous avons été Championne de R1 Occitanie en 2018 puis de vivre les barrages d’accession à la D2 (Division 2) avec la montée à la clé. L’année suivante, j’ai ainsi pu jouer en D2 où j’ai vécu des expériences incroyables, notamment en participant à quelques matchs en U19 Nat quand le calendrier D2 me le permettait. Après la descente de mon équipe en R1 Occitanie, j’ai rejoint l’OL. C’est donc ma deuxième année ici.

Quel est votre palmarès ?

Mathilde : Au lycée, j’ai participé à trois championnat de l'Union nationale du sport scolaire (UNSS). Les deux premières participations se sont soldées par une 4e place, mais en 2016, notre équipe a fini 3e au tournoi UNSS de futsal. En juin 2017 et 2019, nous avons participé aux championnats de France universitaires N2 à Grenoble, avec Nina. Nous avions malheureusement terminé 3e à ma première participation et 2e en 2018, mais c’était une superbe expérience.

Nina : Avec Marine, nous avons remporté le championnat R1 la saison dernière avec l’OL, qui avait néanmoins dû être prématurément arrêté en raison de la crise sanitaire. C’était donc une victoire au goût un peu amer. Sinon, j’ai eu la chance de participer à deux reprises à des championnats de France UNSS pendant mon sport études au lycée. Malheureusement, nous nous sommes classées 4ème lors de ces deux participations (qui ont eu lieu en 2014 et 2015). J’ai hâte de pouvoir à nouveau participer aux compétitions universitaires. 

Marine : Avec l'OL, nous étions aussi encore en lice en coupe LAuRAFoot (ligue Auvergne-Rhône-Alpes de football) qui a dû être interrompue par la crise sanitaire. J’ai également eu la chance de remporter le championnat R1 Occitanie en 2018 avec mon ancien club l’ASPCR où j’ai pu aussi participer à plusieurs matchs de Coupe de France et l’opportunité de jouer contre des clubs pros comme le MHSC et Dijon. J’ai aussi eu la chance de jouer en D2 et en U19 Nat avec mon ancien club, ainsi que de participer aux championnats de France UNSS en 2015 où nous sommes arrivées 3e.

Quelles sont les prochaines échéances sportives dans l’année ? quels prochains défis à relever ?

Marine, Mathilde et Nina : Il est difficile de nous projeter en cette période si compliquée. Disons que si on laissait de côté la COVID-19, mais l’objectif à L’OL est toujours de tout gagner : remporter à nouveau le championnat, ainsi que la coupe LAURAfoot (ligue Auvergne-Rhône-Alpes de football).
En ce qui concerne les échéances sportives universitaires, nous aurions tenté de participer aux championnats de France en tentant, pourquoi pas, de faire mieux que l'année précédente ! Nous étions qualifiées pour les CFU l’année dernière mais ils ont été annulés à cause de la crise sanitaire.

Quel est l'impact de la crise sanitaire sur votre pratique sportive ?

Mathilde : Cette période difficile a demandé un effort d’adaptation pour continuer la pratique du sport. Durant le confinement, du travail individuel basé sur du renforcement musculaire et du travail de foncier (= progresser en endurance, adapter l’organisme à certains types d’effort, améliorer sa motricité et ses fonctions cardio-pulmonaires) à pu être mis en place par le staff. Heureusement, le reprise des entrainements en club en décembre a pu se faire dans le respect des règles sanitaires. Nous sommes toujours dans l’attente de la reprise du championnat. 

Nina : Le confinement et d’une manière plus globale, la crise sanitaire que nous vivons tou.tes nous demande des capacités d’adaptation particulières. Nous avons en effet repris les entrainements il y a quelques semaines, mais nous ne savons pas pour combien de temps, si c’est une « vraie » reprise ou si notre pratique sera à nouveau interrompue avant qu’on ait pu refaire des matchs. 
Nous avons repris ensemble, mais dans le respect des "gestes barrières", c’est-à-dire sans contact. C’est quelque chose d’assez paradoxal puisque le football est à la base un sport de contact. Il faut faire preuve de sérieux, toujours essayer de maintenir une forme physique convenable, même si nous restons dans l’incertitude quant à la reprise des compétitions. 

Marine : Nous avons repris les entraînements il y a quelques semaines et nous verrons après les fêtes si la situation sanitaire nous permet de les continuer et pourquoi pas reprendre les matchs... Comme l'a signalé Nina, pour respecter les mesures sanitaires nous ne pouvons pas vraiment faire de jeu ni avoir de contact... ce qui n'est pas habituel pour un sport collectif où le contact fait partie de la base. Le sport perd ainsi un peu de sa saveur...

Questionnaire de Proust

Parce qu'il n'y a pas que les études et le football, Marine, Mathilde et Nina se prête au jeu du questionnaire de Proust revisité.

Votre film culte ?

Mathilde : Question difficile… mais je dirais les Kill Bill et la Trilogie du Seigneur des Anneaux.

Nina : Bienvenue à Gattaca pour la réflexion qu’amène ce film, Spirit pour le film de mon enfance !

Marine : Le Roi Lion.

Votre mot préféré ?

Mathilde : Le soupir !! J’arrive à exprimer beaucoup d’émotion avec un soupir ! Mes amis cherchent souvent à deviner laquelle. 

Nina : Aucune idée.

Marine : « Pépite ».

Votre plat favori ?

Mathilde : Un bon canard avec sa sauce sucré et ses petites patates sautées. Une merveille ! 

Nina : Difficile de faire un choix… mais j’aime beaucoup la nourriture asiatique et plus particulièrement japonaise, alors je dirais sushis ou donburi.

Marine : Les lasagnes.

Le don que vous aimeriez avoir ?

Mathilde : Le pouvoir de remonter le temps pour assister aux grands moments de l’histoire. Mais aussi pour pouvoir me la racler un peu sur eux.

Nina : J’aimerais avoir le don de pouvoir rajouter du temps dans la vie des gens (pour qu’ils/elles puissent vivre plus longtemps quand ils/elles le souhaitent !)

Marine : J’aimerais pouvoir réduire toutes les inégalités dans le monde.

Le dernier livre que vous avez lu ?

Mathilde : Je viens de finir un livre de Jean d’Ormesson Je dirai malgré tout que cette vie fut belle

Nina : Le dernier livre que j’ai lu est l’intégrale de L’intelligence émotionnelle de Daniel Goleman, en rapport avec mes études.

Marine : Deuil et Mélancolie de Freud, que j'ai lu dans le cadre de mes études en psychologie.

Ce qu'on vous reproche souvent ?

Mathilde : Peut-être ma susceptibilité ou alors mon sale caractère, ou bien d’être tête-en-l’air ou maladroite. À vous de choisir !

Nina : Ma nonchalance.

Marine : Ma susceptibilité.

Ce qui vous fait rire ?

Mathilde : À peu près tout ! je suis très bon public ! Et puis il faut dire qu’entouré d’amis comme les miens, par exemple prenons au hasard Nina et Marine, il suffit d’un peu de patience pour que quelques chose de drôle se produise. 

Nina : Le rire de Mathilde !

Marine : Les blagues de mon coach Fred.

Ce qui vous fait courir / vous pousse à vous dépasser ?

Mathilde : Ma balance !!! Elle ne cesse de me rappeler que les kilos pris ne se perdent pas tout seul, la légende était donc fausse… 

Nina : Je pense que ça serait la peur de décevoir et/ou de faire une erreur. C’est ce qui me pousse à faire plus à chaque fois. 

Marine : Ce qui me pousse à me dépasser est la volonté de toujours donner le meilleur de moi-même pour
mes coéquipières.

Avez-vous un modèle sportif/ve ou un.e sportif/ve préféré.e 

Mathilde : Ma mère. 3e au championnat de France de Judo 1980 et 2e au championnat de Randori la même année. Elle a aussi participé à de nombreux championnat dans toute l’Europe ainsi qu'à trois tournois internationaux en ayant le privilège de représenter son pays. Bien au-delà de son parcours sportif, elle a su mener de front une vie de sportive de haut-niveau et la reprise de ses études. Elle reste et restera un exemple à suivre pour moi. À 65 ans elle continue encore d’aller courir trois fois par semaine. Mais bon, pour le dernier point je suis peu optimiste, car à 23 ans j’ai déjà du mal à aller courir alors à 65 ans je n’ose imaginer ! Quoi qu’il en soit, son mental et sa volonté sont un exemple pour moi, même-si la mise en pratique reste quelques fois compliquée…

Nina : Je n'en ai pas.

Marine : Mon sportif préféré est Lionel Messi ! C’est mon idole, je ne manque aucun de ses matchs.

Votre moment préféré de la journée ?

Mathilde : Le moment de la douche à la fin de la journée. 

Nina : Clairement quand j’ai fini tout ce que j’avais à faire, et que je me glisse sous le plaid devant Netflix !

Marine : Quand j’ai fini ma journée et que je me pose devant un match de foot ou une série.

Une musique à conseiller pour faire du sport ou se détendre ?

Mathilde : Pour faire du sport, j’écoute beaucoup les musiques des openings des animés comme Black Rover ou Kyoran, Paint it Black ou encore les musique de League of Legend. Un morceau pour se détendre : les grands classiques de la chanson française comme Édith Piaf avec Y a pas de printemps ou Francis Cabrel et La cabane du pêcheur

Nina : Un morceau que j’aime beaucoup pour faire du sport : Falling de Trevor Daniel. Et pour se détendre, j’hésite entre I leave again de Petit Biscuit et Feel again de Kina feat Au/Ra.

Marine : J’aime beaucoup Dilemma de Nelly et Kelly Rowland.

Informations pratiques

Date(s)

le 6 janvier 2021