Mise à jour le 31 mai 2021
Filière

L’IUL est un département de l'UFR Temps et Territoires. Il propose un cursus de formation dans les domaines de l’urbanisme, de l’aménagement et des politiques urbaines, permettant soit une insertion directe sur le marché du travail, soit une poursuite d’études en thèse. L’Institut d’Urbanisme de Lyon est situé dans le Centre Berthelot (14 avenue Berthelot, 69007 Lyon). La plupart des enseignements de Master ont lieu dans ces locaux. Les enseignements de Licence sont répartis entre les locaux de l'IUL et le campus Porte des Alpes. Cette « unité de lieu » facilité les échanges entre étudiant.e.s des différents parcours et promotions, et avec les enseignant.e.s-chercheur.euses, et permet aux étudiant.e.s de bénéficier de facilités sur place (centre de documentation, salle informatique).

L’IUL forme des praticien.nes et des chercheur.euses dans les domaines de la production et de la gestion de la ville et de l’espace aménagé. Il s’agit d’un champ d’action complexe, qui mobilise des acteur.trices et des organisations de nature différente (publique, privée), aux logiques (finalités, modes de raisonnement, …), aux systèmes de contraintes (légales, budgétaires, sociales, …) et aux ressources (financières, procédurales, professionnelles, …) extrêmement variables afin de répondre à des enjeux urbains et territoriaux en constante évolution. Les transformations au centre et à la périphérie des villes, le décloisonnement des espaces politiques et économiques, les mutations sociales, les enjeux environnementaux posent simultanément des problèmes de renouvellement de la base économique, de positionnement dans le système-monde, de cohésion sociale, de démocratie locale et de transition écologique auxquels doivent répondre les urbanistes et les aménageurs. Ils doivent à cette fin conjuguer des connaissances ainsi que des pratiques scientifiques et des techniques issues des sciences du territoire (géographie urbaine, histoire urbaine, sociologie urbaine, économie urbaine) et des sciences de l’action (sociologie des organisations et de l’action, science politique, sciences de gestion, science des ingénieurs).
 

Les études
 

L’offre de formation proposé par l’IUL est composée de façon suivante (pour plus de détails, voir sous l’onglet « formations ») :

  • Parcours de L3 « Ville et Urbanisme » dans la licence « Géographie et Aménagement »
  • Master « Urbanisme et Aménagement » (UA), première année de tronc commun
  • Parcours de deuxième année du master UA « Programmation, Conception et Conduite de Projets Urbains » (PCCPU)
  • Parcours de deuxième année du master UA « Politiques et Stratégies Urbaines » (PSUT)
  • Doctorat en Géographie, Urbanisme et Aménagement.

La formation en urbanisme et aménagent articule savoirs théoriques et apprentissages professionnels, analyses scientifiques et connaissances empiriques. Un apprentissage progressif des savoirs théoriques et pratiques est mis en œuvre afin de permettre à la fois la constitution d’une culture commune à des étudiant.e.s venant de filières disciplinaires diverses ainsi qu’un approfondissement et une structuration de leurs connaissances. La pédagogie repose sur des enseignements destinés à délivrer des connaissances factuelles mais aussi des grilles d’analyse permettant de comprendre les processus qui sous-tendent les dynamiques territoriales et la production de la ville, sur un important travail encadré des étudiants (travaux individuels et de groupe), et sur des nombreux travaux pratiques (études de cas, exercices d’application, ateliers sur commande réelle). Tout au long du cursus, la professionnalisation est assurée par l’intervention de professionnel.le.s de l’urbanisme, par la réalisation de travaux et études sur des cas réels, par un stage professionnel long et par la réalisation d’ateliers sur commande externe. Par ailleurs, L’IUL est engagé dans des échanges internationaux d'étudiant.e.s et d'enseignant.e.s, ainsi que dans différents dispositifs de coopérations pédagogiques et scientifiques.

La formation à l’IUL est ouverte à des étudiants de filières différentes : licences universitaires en géographie-aménagement, sociologie, sciences politiques, histoire, économie, droit ; CPGE ; DUT carrières sociales, genie civil ; BTS professions immobilières, paysagisme ; Ecoles d’architecture, de paysage ; etc. La composition de promotions regroupant des étudiants issus de filières diverses est activement recherchée, pour familiariser les étudiants avec le travail dans un contexte pluri-disciplinaire qui correspond à la pratique professionnelle dans le domaine de l’urbanisme et de l’aménagement, et pour favoriser l’auto-formation dans des équipes qui regroupent des étudiants avec des profils différents.


Les débouchés


Professionnel.le.s de haut niveau exerçant directement ou indirectement pour le compte de la maîtrise d’ouvrage publique, les urbanistes-aménageurs interviennent sur un ensemble de domaines allant de la conception des stratégies territoriales et des opérations d’aménagement, en passant par la planification, le montage et la conduite opérationnelle de projets urbains et territoriaux et la gestion des villes. Un gros tiers des diplomés est embauché dans des bureaux d’études et des cabinets d’urbanistes. Le secteur public vient en deuxième, avec comme principales recruteurs les collectivités territoriales (et notamment les Etablissements Publics de Coopération Intercommunale), suivi par les services d’Etat puis d’autres structures publiques comme les bailleurs sociaux, des sociétés publiques locaux, des agences d’urbanisme, des établissements publics fonciers. Le recrutement par des promoteurs, aménageurs et investisseurs privés reste un débouché pour une petite partie des étudiant.e.s, tout comme les structures associatives.

Les maquettes pédagogiques de l’Institut d’urbanisme de Lyon sont conformes à la charte de l’Association pour la Promotion de la Recherche et de l’Enseignement en Aménagement et Urbanisme, qui regroupe les masters mention urbanisme et aménagement en France (voir site APERAU : http://aperau.org). Cette labellisation APERAU contribue à assurer une reconnaissance des diplômes dans le monde professionnel.

Formations
Licence
 

Master
Recherche
UMR 5600 - Environnement, Ville, Société (EVS)

Site du laboratoire

Le laboratoire « Environnement, Ville, Société » traite des modalités par lesquelles les sociétés contemporaines, fortement urbanisées constituent, instituent et utilisent leurs environnements.
L’activité anthropique, plurielle dans le temps et dans l’espace, est à l’origine d’une pluralité d’environnements observable sur les plans synchronique et diachronique comme histoire des transformations (praxis) du monde donné et comme simultanéité des actions et des activités sociales transformant le monde. L’urbanisation est observée au sens le plus large comme processus d’anthropisation caractéristique des sociétés contemporaines.

C’est dans cette perspective que convergent les sept composantes qui fédèrent l’UMR 5600 « Environnement Ville Société ». Elles apportent au sein du laboratoire une diversité épistémologique et heuristique qui, centrée sur les « sciences des territoires et de l’environnement », couvre l’essentiel du spectre disciplinaire regroupé sous l’intitulé « Sciences de l’Homme et de la Société » et constitue l’un des points forts du contrat quinquennal de recherche 2011-2015. De plus deux des composantes d’EVS apportent des compétences scientifiques en ingénierie urbaine et architecturale (génie civil, urbanisme, architecture). Ainsi, EVS peut prétendre à une approche multidisciplinaire des phénomènes environnementaux, entendu au sens le plus large, de « morphologie sociale ».

Les modalités par lesquelles les sociétés contemporaines fortement urbanisées façonnent leurs environnements sont traitées à partir de trois thèmes fédérateurs qui forment les linéaments du programme de recherche quinquennal 2011-2015 :

  • nature et société : la constitution des environnements ;
  • actions, régulations et organisations : la construction des environnements ;
  • techniques et convivialité : la fabrication des environnements.

Ces trois thèmes sont issus des réflexions conduites au cours du précédent quadriennal autour du recentrage de la problématique rassemblant les 7 composante de l’UMR 5600 autour des interactions entre « Environnement », « Ville », « Société ». Les travaux conduits au sein de ces trois thèmes privilégient trois approches :

  • épistémologie et heuristique ;
  • espaces, temps et systèmes ;
  • techniques et ingénieries.

 
Ces trois approches ont pour objectif

  • de stimuler les réflexions épistémologiques au sein de l’UMR 5600 et d’interroger l’heuristique des travaux qui y sont conduits ;
  • d’interroger les effets de seuil et d’échelle dans la formation des environnements, à la fois sur le plan spatial et sur le plan temporel ;
  • de favoriser la réflexion sur la technique comme fait central dans la constitution des environnements et consubstantiel à toute praxis, notamment dans les phases les plus récentes avec une tendance générale à l’urbanisation des sociétés contemporaines.

 
Thème Actions, régulations, organisations : la construction des environnements

Les enseignants-chercheurs et chercheurs de l’IUL participent plus précisément au thème Actions, régulations, organisations qui interroge les actions, les processus d’organisation et de régulation au service de la construction des environnements. Ces derniers sont entendus ici comme espace habité, aménagé, approprié par une / des organisations politiques et sociales, autrement dit, il sera question de territoires. Il s’agit à la fois de comprendre comme des acteurs organisent, régulent, gouvernent leur environnement territorial (ce qui relève des champs de l’urbanisme, de l’aménagement, du développement local, des politiques territoriales) et comment à l’inverse des dynamiques spatiales dont certaines ont été modélisées par les sciences de l’espace incitent les individus ou organisations à reconsidérer leurs stratégies et moyens d’action sur le territoire (ce à quoi invite une démarche en termes de système territorial, analyse spatiale). Le territoire dans cette optique est vu à travers les processus socio-économiques, politiques, anthropologiques, symboliques, de territorialisation induits ou produits par les acteurs.
À travers des mécanismes d’identification, d’appropriation, de délimitation, de contrôle politique ou socio-économique, l’action collective structure l’espace à différentes échelles et fait naître du « territoire ». Ainsi, celui-ci n’est pas traité comme une catégorie a priori, mais comme un construit, étroitement relié aux effets de contextes sociaux, culturels, historiques et géopolitiques. Une large réflexion théorique invite à examiner des territoires différents par leurs formes (zonaux mais aussi réticulaires, circulatoires, etc.), par leurs échelles (du continent à la surface d’un espace public) et par leurs statuts juridiques (de l’informel à l’institutionnel). Les acteurs eux-mêmes sont considérés dans toute leur diversité de niveaux, de natures, de légitimité et de visibilité institutionnelle.
Le programme de ce thème de recherche s’appuie sur une palette d’équipes de recherches installées sur plusieurs sites de l’UMR. Il se décline en cinq actions de recherches, et est porté par des programmes, des thèses, des publications, et un séminaire, dont rend compte le blog ACREOR.

UMR 5206 - TRIANGLE

Site du laboratoire

L’UMR 5206 Triangle. Action, discours, pensée politique et économique est un laboratoire CNRS, ENS de Lyon (rattachement principal), Université de Lyon2, IEP de Lyon, Université Jean Monnet Saint-Etienne, rattaché à l’INSHS, sections 35 et 40 du CNRS.

Le laboratoire a été créé au 1er janvier 2005. Notre « Triangle » dessine le lien entre les trois établissements lyonnais d’appui du labo, il rappelle que la constitution du labo a découlé de la décision de travailler ensemble exprimée par trois équipes (la FRE « Discours du politique en Europe, ENS LSH ; la FRE « Centre Walras » Lyon2, l’EA CERIEP, IEP) ; plus programmatiquement il désigne la volonté d’aborder ensemble trois aspects de la politique entendue au sens large du terme : l’action, le discours et la pensée politique et économique.
Pluridisciplinarité
Le laboratoire Triangle est une UMR clairement pluridisciplinaire, regroupant à ce jour 91 enseignants-chercheurs, 12 chercheurs CNRS (C.R. et D.R.), 13 enseignants-chercheurs associés, 107 doctorants ayant des compétences diverses (diverses disciplines : science politique, philosophie politique, histoire de la pensée politique et de la pensée économique ; diverses aires linguistiques : France, Italie, Russie, monde arabe, mondes anglo-américains et latino-américains).

La création de Triangle reposait sur l’idée que ce choix pouvait produire autre chose que la mise côte à côte desdites compétences et contribuer à l’avancée des connaissances dans le domaine de l’action et de la pensée politiques. Les neuf années d’existence du Laboratoire ont montré la productivité de cette hypothèse.
 

Organisation


Le laboratoire est actuellement structuré en 4 pôles de spécialité. Les mesures de fonctionnement établies par le Conseil de laboratoire ont pour fonction de permettre les initiatives de recherche à tous les niveaux : pôles, projets collectifs, projets individuels ou de petites équipes informelles (qui permettent bien souvent l’émergence de thématiques nouvelles de recherche), soutien aux doctorants (et plus généralement rôle dans l’enseignement au niveau master et doctorat), politique de documentation et d’édition (traditionnelle et en ligne). Les ITA jouent un rôle important dans cette perspective.
 

Pôle Action publique


Ce pôle regroupe l’ensemble des travaux et des activités de l’UMR Triangle portant sur l’analyse des politiques et de l’action publiques, celles-ci étant définies comme les dispositifs théoriques et empiriques de gouvernement.
Inscrivant pleinement ses recherches dans le champ des sciences sociales, le pôle se situe dans des perspectives parentes des approches néo-institutionnalistes, au sens où elles tentent d’intégrer dans l’analyse les jeux croisés des idées, des acteurs, des institutions et des intérêts.
Le pôle action publique s’organise autour de trois principaux axes, dont celui d’Etudes urbaines, auquel plusieurs des enseignants-chercheurs et doctorants de l’IUL participent plus précisément.
 

L’Axe Etudes urbaines


Renouant avec une certaine tradition de la recherche française sur les questions urbaines, mais également nourri des Urban Studies anglo-saxonnes, cet axe mobilise urbanisme et science politique, géographie et sociologie pour traiter des changements divers et importants que connaissent les viles : orientations managériales de leur gouvernement, renouvellement des bases productives de développement, mécanismes ségrégatifs de la métropolisation, défis écologiques pour les modes de vie et d’habiter…

Il vise particulièrement par des formes d’approche renouvelées à relier les phénomènes socio-spatiaux à l’analyse : des dispositifs et outils de l’intervention publique et privée, ainsi que leurs savoirs et savoir-faire ; des nouvelles formes de régulation territoriale au sein de systèmes recomposés d’acteurs et de modalités renouvelées de l’action collective ; ou encore de plusieurs enjeux, thématiques ou plus transversaux, portés à ce jour par l’évolution des politiques urbaines :
recompositions territoriales et institutionnelles dans les processus de métropolisation,
nouvelles interrelations entre développement urbain et développement économique,
justice sociale, environnementale et solidarité territoriale,
transition socio-écologique et développement durable,
participation et formes collaboratives de construction de l’action.
 

Vie étudiante

  • Urba et Orbi
    Urba et Orbi est une association de la filière Urbanisme.
  • Urbacultures
    Urbacultures est une association étudiante dont les projets gravitent autour de l’urbain, de l’agriculture aux culture(s) urbaine(s).

Equipe pédagogique


Directeur du département

 
Roelof Verhage

Maître de conférences
Directeur Urbanisme

 

Enseignant.e.s responsables de formations

 
Rachel Linossier

Maîtresse de conférences
Responsable L3 Géographie parcours Ville et urbanisme

Paul Boino

Professeur des universités
Responsable M2 Urbanisme et aménagement parcours Programmation, conception et conduite de projets urbains

Laurence Rocher

Maîtresse de conférences
Responsable M2 Urbanisme et aménagement parcours Politiques et stratégies urbaines et territoriales

Stéphanie Vincent-Geslin

Maîtresse de conférences
Responsable M1 Urbanisme et aménagement

Enseignant.e.s



 
Olivier Blanquet

Professeur associé des universités

Baptiste Colin

Attaché temporaire d'enseignement et de recherche

 
Secrétariats
Masters Urbanisme et aménagement

Virginie Calvet
Bureau 205
Institut d'Urbanisme de Lyon
04 78 58 65 51
secretariat-iul@univ-lyon2.fr


Licences Géographie et aménagement

Ketty Langlade
Bureau E1010
Porte des Alpes - Bâtiment Europe
04 78 77 26 42
licence-geo@listes.univ-lyon2.fr